MAGICAL HYSTERY TOUR

Written by admin on. Posted in Les nouvelles du front de neige...

Pully, 7h15, la Léomobile et son Léopilote s’arrêtent devant Sylvain. On entasse les engins de glisse et on file vers le relais du St-Bernard rejoindre Marc. Les autres sluffeurs ayant décliné pour cause de mauvais temps ou de motivation réduite.
 Il est tombé plus de 70cm sur la semaine écoulée sur le Valais Central et nous avons donc choisi Verbier comme destination du jour. En même temps… Y a plus grand chose d’ouvert ;-)

Sur l’autoroute nous remarquons qu’il pleut sur les Alpes Vaudoises, les Portes du Soleil et le Chablais mais qu’au loin… Et ben y fait soleil ! On croise les doigts … On prend la cabine au Châble et on se dit qu’on est vernis … ciel bleu azur !!! C’est donc surmotivés qu’on se dirige vers le col des Gentianes pour prendre la température et décider du programmes du jour. Dans le Jumbo on croise les KListes venus en découdre avec le chrono sous le câble du Mont Fort. C’est marrant un KListe … Leo te dirait : « Tu vois que ces mecs sont désabusés … ».

Un chevalier des temps modernes, un peu le doc de “Retour vers le Futur” quand il revient de son voyage habillé hors époque. Les mecs trimballent des palins de 238cm, customisés à la sauce « pas mon garage », râlent parce qu’il y a du vent et que « ça fait chier, bordel, journée de merde » … Et ouais, ils sont à Verbier, y a presque pas un chat, le soleil est là, y a effectivement presque 50cm de poudre mais ils gueulent… Un univers très loin du nôtre !
On débarque, on reçoit un sms de Stéphanie qui nous dit qu’elle va quand même se tenter le Bec des Rosses et qu’on peut suivre leurs traces. Euh… Alors qu’on t’explique… Nous, le Bec des Rosses gavé de fraîche comme on l’a rarement vu, ça nous intimide un peu… On décline et on remet ça à la saison (ou semaine) prochaine !

On va plutôt commencer par le classique « Stairway to Heaven ». On attaque les escaliers la Gibson (marque de ski des rockers, les vrais pas la technologie) sur le sac et la clope au bec pour se rendre compte au sommet qu’il n’y a que 2 traces de descente… La neige est extraordinaire et la stabilité parfaite. Léo pousse son traditionnel cri de guerre dans la descente… Un truc de télémarkeur probablement… Une sorte de yodel très aigu… comme si un porc castré tentait de résoudre un conflit avec un bonobo… Bref, le Léo, ben il a adoré ! Et Sylvain est en admiration, à genoux, la larme à l’oeil devant les gerbes de neige que la board de Marc projette à chaque courbe.

Hystérie collective ! On finit notre descente tout smooth jusqu’à Tortin.
Une fois en bas, on se décide pour un petit col de la Mouche. Et là tu vois… On aurait pu te faire croire que c’était incroyable, mais non. On va être honnête avec toi… C’était de la poudre normale, banale, fade, un poil transformée sur le bas… pas terrible.

Un KListe aurait dit : « ça fait chier, bordel, journée de merde ! »

Donc retour au Mont Fort pour un Back-Side qui nous emmènera au pied de la Cheminée. Cette montée est du genre à profil ascendant, le genre où tu es content de ne pas avoir éclusé des fûts la veille quoi… Mais au sommet c’est à nouveau le même constat : 3 traces seulement et il est 11h ! Neige à nouveau superbe, Sylvain s’est fait un claquage de la joue à force de sourire, Marc s’est foulé une lèvre en hurlant de joie et Léo s’est tapé une méchante tendinite de la glotte en sortant son cri de guerre.
Une fois sur le glacier on décide de se diriger vers le col du Clit pour attaquer la face du même nom. En chemin on remarque que la logique est respectée… On ne va plus toucher aux faces sud de la journée !

On attaque donc la montée, très courte, et on crapahute sur l’arête, pour arriver au drop-in. Une belle face nord nommée poétiquement le Clit parce que c’est proéminent et que ça coule toujours… En chaque valaisan sommeille un Bigard… Sylvain se lance, en tant que régional de l’étape et vit un des meilleurs moments de sa saison ! La première grosse courbe soulève un tel nuage qu’il a cru se faire coffrer ! Marc choisira une ligne à la mode FWT entre les barres et Léo nous éclaboussera encore une fois de son style télémark si fluide.
On se laisse glisser jusqu’à la rive droite du lac de Cleuson et on descend sur Siviez, les estomacs plus que vides. Arrivés à Tortin, on rencontre Stéphanie qui nous explique que la montée au Bec des Rosses était vraiment limite et qu’une plaque s’était décrochée pour venir finir sa course sur elle, sans dommage heureusement… On ne regrette pas notre décision du matin ! Il est 14h30 quand on mange aux Gentianes et le ciel est maintenant couvert… Chance ou magie cette journée ? On a essayé d’avoir une réponse au fond d’un verre de Roorââârdeeen une fois de retour à Verbier et… Et là on s’est tous réveillés ;-)

La suite en Images…

Trackback from your site.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.