Libre randonnée

Written by Meech on. Posted in Les nouvelles du front de neige...

Vous vous rappelez de cette magnifique tournure de phrase :


Ok, c’était TF1… des fois avec des journalistes à la langue bien pendue…

Aujourd’hui Val nous parle de sa  « libre randonnée »…

…ou comment se forger des cuisses de derbistes avec 7.5kg de palins au bout des jambes.

 

Samedi matin 07h30 un café dans le système, 1 sandwich et un thermos dans le sac et hop ! a nous la pow !

Ca s’annonce déjà bien en en levant le camp Rue du 1er Mai, on fait la trace sur la route puis sur la piste du milieu de l’autoroute. On rejoint Vincent a Belmont puis Christophe a Bulle. On ne croise ni Johnny ni Madonna à Gstaad et de toute manière on s’en fiche notre star à nous c’est le Walighurli ! Du premier coup on trouve le parking de Feutersoey (Avec des noms pareils on sait d’entrée que ça va faire mal)…. On est bien contents de s’être levés tôt, les nuages se déchirent et laissent la place aux premières éclaircies.

Donc premiers arrivés en bas de la bête… Vincent ouvre la route, on ne perd pas de temps… enfin jusqu’à la troisième conversion où les 3 balèzes donnent un cours bien nécessaire à Valérie (qui avec toute la mauvaise foi du monde essaye de leur expliquer que vu la longueur du talon de ses Sidestash et celle de ses jambes, c’est la faute des skis si ça passe pas… et en plus c’est louuuuuuurd). Mais face aux ricanements limite agacés de 3 types nettement plus entraînés et en flagrante minorité, la gazelle prend sur elle, promet qu’elle fera des efforts et repart en regardant ses spatules et en grommelant… Bref on ouvre une trace dans la forêt carrément dense et on trace dru dans l’talus pour se frayer un chemin entre les mélèzes.

350 conversion plus tard (bon dieu c’que c’est louuuuuuuurd les Sidestash !) et 800m de D+  (Est-ce que je t’ai déjà dit combien c’est louuu…. oui ? Ha OK j’m'en souvenais pas…) on débouche sur une arête avec vue sur l’Oberland bernois, la Jungfrau, le Mönch, l’Eiger et le Glacier des Diablerets… C’est beau la montagne quand ça vous gagne ! Bon c’est pas tout, t’as oublié que t’avais mal aux jambes pendant 10 secondes (Tu sais quoi ? … heu non rien… j’ai promis que je dirais plus que mes skis, ben ils sont trop louuuuuurds !) mais tu comprends aussi que Gunnar, Christophe et Vincent, avec leur condition physique impeccable, t’attendent depuis 20 minutes et qu’ils commencent à avoir froid. En plus le sommet est juste là, 100m plus haut ! Requinqués comme jamais, on se sent pousser des jambes de « collant-pipette » et on gambade en sifflotant, les mains dans les poches !

Arrivés au sommet, on s’aperçoit que ceux qui ont pris l’hélico se sont déjà gavés de fraîche et que ceux qui ont emprunté la voie classique nous ont suivi de près. Si on veut notre bout de pow à tracer, va falloir se dépêcher ! On dépeaute comme des pros sans déchausser et on s’él… shbam, le nez par terre… ha oui, c’est vrai, avec les Duke faut quand même déchausser !

Ce petit détail réglé, Vincent et Gunnar, frais comme des gardons, tracent les plus belles arabesques de la face tandis que Christophe et Valérie suivent comme ils peuvent en grimaçant à cause des cuisses qui brûlent. En bas de la première clairière y’en a une seconde, et en bas de la seconde une troisième, etc… pendant longtemps…

A cause du foehn, la neige est bien lourde et c’est pas comme si ça tournait tout seul. Mais un sluffeur ne se laisse pas décourager par si peu, quand ça veut pas tourner… ben on va tout droit !

Arrivés à notre point de départ, y’en a qui ont plus mal aux muscles que d’autres, mais tout le monde a le sourire… ça t’étonne ?

Et ceux qui durant les 3 heures de montée avaient sérieusement médité sur l’utilité de s’équiper en matos plus léger quitte à renoncer au « 100 au patin » ont totalement oublié ces basses idées bien avant le 1er kir du retour. Surtout qu’avec ces 16.7 km-effort on va tout déchirer au prochain derby !!!

Trackback from your site.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.