From La Forclaz with love …

Written by admin on. Posted in Les nouvelles du front de neige...

Un réveil difficile pour Christophe ? Pas grave, le sluffeur a cette capacité à modifier ses plans en fonction de … l’heure qu’il est ! Et dans le cas présent Christophe se décide à rejoindre Sylvain, qui est déjà en route ski entre les dents pour la poudre de ses petits spots de Gryon – Villars, pour une session de … backcountry à la mode Galuchot & Maierhofer …

Ah, les trains suisses...

Ah, les trains suisses…

Menu du jour : ciel bleu, 20-30cm de fraîche, traversée de ruisseaux, franchissement de troncs, souvenirs d’enfance, ride en forêt en mode sanglier et bonne soupe printanière.

« Mesdames … Messieurs … Bon … Appétit ! »

On se dirige immédiatement vers le Petit Chamossaire pour se chauffer les cuissots dans la petite combe bien connue de tout le monde. On voit que la neige est encore bonne, du coup … une fois remontés, on attaque le plat principal avec une grosse dalle ! Et le plat c’est LA combe sympathique bien gavée de poudre parfaite ! Sourire, sympa, bonnard !

A mi-chemin, le guide du jour fait sortir les peaux et promet à Christophe une petite remontée de … boaf … allez … 10 voire 15 min ok ? Pour rejoindre le chemin qui nous emmènera à nouveau aux lifts. On « peaute » donc au milieu des sapins fantômatiques et on attaque dré dans l’pentu, sur la trace du sentier d’été, connu sous le nom de La Loudze. En ce qui nous concerne … c’était le sentier de … La Loose ! Sylvain passe devant et après un énième « carottage » déclare la neige … hmmm … pas top et demande à genoux à Christophe de bien vouloir le pardonner de l’avoir fait monter pour rien. Faut dire que peauter dans du 40 degré c’est pas apprécié de tous à sa juste valeur. On redescend donc pour éviter de se prendre la face, qui se relève encore sur les prochains mètres, sur la tronche.

Pas grave, on se laisse glisser jusqu’à la Forclaz par l’itinéraire classique et on débarque au milieu du village. C’est là que le guide se gratte le casque devant la première fourchette … à droite ou à gauche ? « Chais plus … j’avais 12 ans la dernière fois … ». Tu connais Popeye dans Les Bronzés ? Mais un énorme Dodge RAM (pléonasme) débarque, la fenêtre se baisse et un chevelu à petite lunettes rondes bien sympathique (t’as cru que c’était John L. hein ?) nous renseigne et nous promet de repasser dans un moment si on se perd. « Eh … on se perd ? Sympa le pick-up … hein ? » Bref, on suit la route, on marche, on passe du côté champs pour profiter de la neige et on glisse … on glisse … on se laisse aller à rêvasser, surtout Sylvain … faut le comprendre, c’était son jardin il y a … longtemps … et puis pile devant lui, un tas de neige … qui s’est avéré être une voiture … oups … heureusement Christophe a été prévenu à temps ! On se marre, on check le capot slidé … rien, donc on continue.

Arrivé aux Layets, il est temps d’attaquer la pente pour aller prendre le train aux Echenards. On se fait accueillir par les aboiements du … Yorkshire du coin, on salue ses proprios, Sylvain leur demande quand passe le prochain train pour les Diablerets … « 5 minutes ? Ah ouais ok on court alors, bon appétit ! ». On chope le train à la seconde près et on remonte aux Diabl’ ! Bilan : 2’036m à 1’078m.

Décidés à relier Villars par ski et non pas par lift, on longe la crête des Meillerets et on pense se gaver au sommet … pour se rendre compte qu’il est pour ainsi dire impossible d’avancer dans cette neige. De la glue !!! Combiné à la très faible pente, il faut presque pousser ! C’est donc d’un commun accord qu’on se décide à faire une pause sur Gryon.

L’après-midi sera fait de ride en forêt, qui aurait pu être incroyable sans ces fichues températures … de saison ma foi, et de réfection de piste de ski de fond par nos bons soins de sales rebelles de la neige. Mais promis on s’en est voulu à mort.

La prochaine fois, on monte à plus de 3’000m !

Sylvain & Christophe

Trackback from your site.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.