Fresh pow & tripaille …

Written by admin on. Posted in Les nouvelles du front de neige...

De retour du Kosovo encore plus affamé de neige fraîche qu’avant le départ … de retour d’une session bosses et neige carrelage au Mont Fort samedi dernier avec Yannick … je n’ai qu’une envie : skier de la neige douuuuuuuce ! Et ben ça tombe bien, ça a posé et les températures sont à nouveau hivernales !

Les restes...

Direction Verbier … et non pas Veurbiè … pour aller voir ce que disent les petits coins cachés du freerider anglais/norvégien/suédois/français. Les autres nations ne sortant pas de la piste. Par exemple l’italien se cantonne aux Ruinettes, à la veste Moncler et aux skis de 165 maximum. J’en profite donc au passage pour remercier la plus grande partie de l’Union Européenne !

Bref ! Il faut que j’aille prendre le Jumbo. Ok … t’es en skis mec, pas sur ton engin de plage … n’oublie pas … tu dois partir dans le sens de la pente ! Départ … où sont mes carres ? Pas grave, c’est aussi marrant de faire 50m de dénivelé en un virage. Oui parce que j’ai eu la bonne idée de ressortir ma paire de Movement Sluff, seulement … j’avais oublié qu’elle ne pouvait « plus » servir … Tant pis, aujourd’hui c’est poudre et n’importe quel planche de bois un tant soit peu large va bien dans la fraîche !

J’arrive au Mont Fort et je vois que Backside est encore immaculé … rare ! Alors j’ouvre … dans un style … euh … prudent. Le fond est ultra stable, mais la couche de fraîche va évidemment partir en petites plaques étant donné que la cohésion n’est pas encore parfaite, les températures étant négatives depuis peu de temps. Je teste, rien de méchant, du sluff ! La suite, c’est une magnifique promenade et je me dis que Backside en conditions c’est vachement beau. Arrivé au milieu, je mets les peaux pour aller chercher une petite face cachée … J’en profite pour admirer ce paysage grandiose qu’offre la Rosablanche et puis je fais ma trace encore une fois.

De retour aux Gentianes, je décide d’aller chercher un beau couloir bien protégé qui débouche juste au-dessus du barrage de Cleuson et accessible depuis le secteur de La Chasse. J’entame ma montée, pénible, enfonçant parfois jusqu’aux cuisses … mais la faune locale a décidé de me distraire ! Ben oui … en principe quand on s’aventure dans ce secteur, c’est toujours des bouquetins vivants qu’on croise … cette fois-ci, pile au milieu de ma trace je tombe sur de la belle tripaille … il faut enjamber et ne pas marcher dedans ok ? Parce qu’en fait … le loup … pas con … il a bouffé sa bestiole sur place, juste à l’endroit où tu ne peux PAS contourner la trace de montée … ‘sont cons ces loups …

Arrivé enfin au sommet du couloir, c’est une superbe pente bien ouverte, pleine d’échappatoires qui m’attend. Ah oui … vierge évidemment ! Au pied de la face, je m’arrête, je contemple et je vois … le loup à 50m de moi ! Dérangé sur son territoire de chasse par un con de freerider (eh eh vengeance …), il détale et remonte la pente plus vite que je ne l’ai descendue … Oui c’est vrai !!!

Remonté à Tortin, je rencontre un freerider argentin qui fait sa saison à Verbier. On discute, on échange les coordonnées, il me propose un couloir avec lui, je décline, les jambes encore perturbées d’avoir été placées dans le sens de la pente aujourd’hui … Je rentrerai donc satisfait de cette belle campagne. Mais putain … j’ai mal aux cuissots … si j’avais pas été forcé d’enjamber la tripaille aussi … quel con ce loup !

Ah j’allais oublier … fidèle à moi-même, je n’avais qu’un iPhone pour les photos …

Sylvain aka el lupito

 

Trackback from your site.

Leave a comment

You must be logged in to post a comment.